Investir avant de quitter la France : vos conseils?

Bonjour Ă  tous,

Avec pour projet de quitter le pays d’ici moins d’un an, je vais prochainement disposer malgrĂ© tout d’une enveloppe de 25-30k€ que je souhaiterais investir idĂ©alement ici, afin de me crĂ©er un revenu supplĂ©mentaire, peu importe qu’il me fasse des dizaines d’euros ou des millions (façon de parler), le but Ă©tant simplement de crĂ©er une rente supplĂ©mentaire qui sera rĂ©investie au fur et Ă  mesure du temps.
Pour quitter le pays, je disposerai du fruit de la revente de notre RP afin de recommencer lĂ  ou nous irons.

Des idĂ©es de quoi faire de cette enveloppe de 25-30k€ svp? (en sachant que je souhaiterais disposer des intĂ©rĂȘts afin de les rĂ©investir, soit sur le mĂȘme support, soit diffĂ©remment.

Merci pour vos retours.

Maxime.

Hello @MaximeBrouillard
Si tu souhaites placer cette Ă©pargne pour la faire fructifier et bĂ©nĂ©ficier des intĂ©rĂȘts cliquets, tu peux explorer soit le PEA avec des ETF World ou S&P500, soit une Assurance vie dans laquelle tu peux mixer des ETF, SCPI et fonds en euros pour diverfisier et avoir une exposition modĂ©rĂ©e au risque. Les deux enveloppes sont Ă©ligibles mĂȘme si tu es non rĂ©sident fiscal. Dans les deux enveloppes, les intĂ©rĂȘts seront capitalisĂ©s sous diverses formes. La durĂ©e de dĂ©tention pour bĂ©nĂ©ficier des avantages fiscaux (5 ans pour le PEA, 8 and pour l AV) pourront aussi guider ton choix.
Dans les deux cas et pour les ETF, mieux vaut investir progressivement pour lisser ton point d’entrĂ©e

Si tu quittes la France sans forcĂ©ment avoir prĂ©vu de revenir, tu n’as pas vraiment d’intĂ©rĂȘt Ă  ouvrir un PEA ou une AV. Un compte titres avec un ETF MSCI World sera de loin l’option la moins chĂšre et la plus simple.

Tu peux aussi acheter des SCPI en nue propriété pour bénéficier avec une durée élevée afin de gonfler ton capital plus tard et générer plus de loyers.

1 « J'aime »

A ma connaissance, le seul avantage de la France par rapport Ă  la plupart (pour pas dire tous) des pays Ă©trangers, est le taux fixe des prĂȘts. Tu peux donc rĂ©flĂ©chir Ă  un projet immo si tu veux absolument investir en France.
Sinon, tu peux aussi simplement ouvrir un compte titre chez un un broker depuis ton nouveau pays de rĂ©sidence. Cela dĂ©pend du pays, mais si c’est un pays plus libĂ©ral que la France (presque tous), tu auras automatiquement accĂšs Ă  plus de produits et des frais ridicules. Quant Ă  la fiscalitĂ©, elle sera forcement plus rĂ©duite qu’en France. Selon le pays, elle sera peut ĂȘtre mĂȘme nulle.

Pardon pour le message prĂ©cĂ©dent, envoyĂ© par erreur alors que j’étais en train d’écrire.

Bonjour @MaximeBrouillard,

  • Dans quel pays souhaites-tu t’installer et pourquoi ?
  • Ton projet est-il de t’y installer pour toujours, ou prĂ©vois-tu un retour en France au bout de quelques annĂ©es ? (la rĂ©ponse Ă  cette question conditionne peut-ĂȘtre la suivante)
  • Pourquoi vouloir investir en France et pas dans ton pays de destination ?

Si investissement en France, un exemple simple serait de mettre le cash en SCPI : 30 000 € investi tu en tires facilement 100 €/mois net d’impîts que tu peux placer sur des ETF.

Au bout de 10 ans tu te retrouves avec 47 300 € :

  • 30 000 € de SCPI (en considĂ©rant que la valeur de la part a augmentĂ© suffisamment pour couvrir les frais de souscription)
  • 17 300 € d’actions (en comptant une performance de 7 %/an)

@Sebastien A ma connaissance il faut une résidence fiscale en France pour détenir un PEA.

pour le PEA, je viens de regarder et ça dépend désormais de la destination
Puis-je conserver mon PEA (plan d'Ă©pargne en actions) ? | impots.gouv.fr.
https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/eu-list-of-non-cooperative-jurisdictions/

1 « J'aime »

Bonjour Killian,

Ma destination finale (sans retour prĂ©vu) est le Canada, plus prĂ©cisĂ©ment QuĂ©bec. Nous souhaitons nous y installer pour rĂ©aliser un rĂȘve, et aussi retrouver la belle-famille et des amis partis lĂ -bas depuis des annĂ©es.
Je souhaite investir en France car, on ne sait jamais de quoi demain sera fait, si je devenais revenir, j’aurais un support existant sur lequel je pourrais ajouter ce avec quoi je reviendrais (je parle lĂ  du fruit de l’immobilier RP). Aussi, j’aime l’idĂ©e, purement « branlette intellectuelle », de possĂ©der des avoirs ailleurs que dans mon pays de rĂ©sidence

Quant Ă  l’investissement sur place, il sera existant au travers de notre rĂ©sidence principale, nous arriverons pour cela avec un pĂ©cule d’environ 150k€, que nous complĂšterons avec un prĂȘt.
En fait, je serai prochainement licenciĂ© avec un dĂ©dommagement financier de presque 30k€ nets d’impĂŽts, ce pĂ©cule n’était pas prĂ©vu il y a encore 2 mois et donc je souhaite l’investir diffĂ©remment que ce dont je possĂšde dĂ©jĂ . (J’ai actuellement (me concernant moi uniquement, pas ma femme ou elle et moi rĂ©unis) le cĂ©lĂšbre livret A, 2 AV, 1 Ă©pargne salariale).
Je suis trĂšs attirĂ© par les SCPI mais un peu peur de l’inconnu et de mal choisir


Bonjour SĂ©bastien,

Le pays en question est le Canada, province de Québec.
Je souhaiterais un investissement avec des frais rĂ©duits voire nuls sous condition de durĂ©e de placement, et attractif niveau intĂ©rĂȘts.
Mon but rĂ©el serait de faire prospĂ©rer ceci afin d’en faire bĂ©nĂ©ficier notre fille le moment venu oĂč elle en aura besoin. Je n’ai donc pas pour objectif d’en profiter moi-mĂȘme, mais bien de lui transmettre le plus possible du fruit de mon travail et de mes placements.

Bonjour Maxime,

Ok je saisis mieux ton projet. Concernant la peur de mal choisir, la communautĂ© devrait pouvoir t’accompagner pour ça. As-tu dĂ©jĂ  fait des recherches de ton cĂŽtĂ© ?

Me concernant je me suis orienté sur Pierval Santé :

  • SCPI solide, 2G€ de capitalisation, existe depuis 8 ans.
  • Secteur de la santĂ©/Ă©ducation donc de l’immobilier dont on aura toujours besoin.
  • D’ailleurs son taux d’occupation financier est de 99 %.
  • ≈ 70 % de revenus hors France
 Mais c’est plutĂŽt un argument pour une personne rĂ©sident et payant ses impĂŽts sur le revenu en France. Te concernant il faudra voir prĂ©cisĂ©ment les conventions fiscales entre la France et le Canada, mais en toute logique la part de revenus français sera imposĂ© Ă  20 %.
  • 5,33 % de rendement brut et 4,8 % net de fiscalitĂ© Ă©trangĂšre.