Finary

Investir dans une PME : Ă  quoi faire attention?

Hello,

Je m’intéresse à mettre un peu d’argent dans Finary, cependant l’investissement dans les PME/Start-up m’est totalement inconnu. J’ai quelques questions :

TL DR : Qu’est-ce que je dois savoir avant d’investir sur ce secteur, comment évaluer une opportunité et comment la rentabiliser à terme ?

  • Comment Ă©valuez-vous le ratio risque/rendement potentiel pour ce type de sociĂ©tĂ© ? Ă€ quels documents avons-nous accès avant de dĂ©cider de mettre le billet ou non ? Quels sont vos red flags ?

  • Comment se passe une revente de part ? Comment trouvons-nous un acheteur dans quelques annĂ©es ?

  • Existe-t-il d’autres mĂ©canismes pour rentabiliser l’investissement que la revente avec (un peu de chance) plus-value ?

  • Si j’ai bien compris, les parts sont logĂ©es dans un PEA/CTO ?

  • Des choses auxquelles faire attention pour la rĂ©duction d’impĂ´ts (en dehors de ces conditions : Si j'investis dans une entreprise, ai-je droit Ă  une rĂ©duction d'impĂ´t ? | impots.gouv.fr) ? J’ai vu que la rĂ©duction de 25% Ă©tait prolongĂ©e jusqu’en 2022, vous confirmez ?

Merci !

2 « J'aime »

Hello @awesome_rdash,

Je vais t’apporter quelques réponses suite à ma propre expérience après avoir investi dans 3 startups françaises en 2015, 2017 et 2019.

C’est très bien de te lancer dans le private equity. Tu te poses les bonnes questions aussi avant d’investir car ce n’est pas un placement facile lorsqu’on débute.

Il y a pas mal de choses à savoir quand on investit en startup et c’est difficile de trouver par où commencer :

  • Comment on investit (en direct, via une plateforme de crowdfunding, etc.) ?
  • Par quel vĂ©hicule d’investissement (en direct, via une sociĂ©tĂ© holding, via PEA / PEA-PME, etc.) ?
  • Quel est le ticket d’entrĂ©e ?
  • Sur quels critères choisit-on d’investir ?
  • Comment choisir les sociĂ©tĂ©s dans lesquelles on souhaite investir ?
  • Comment vendre ses parts et retirer ses billes ? Sous quel dĂ©lai ?
  • Peut-on perdre tout ou partie du capital ?
  • A quel moment rentrer (love money, seed, sĂ©rie A, sĂ©rie B, etc.) ?
  • etc.

Selon moi, l’opportunité doit s’évaluer selon plusieurs critères à la fois personnels, financiers et de marché :

  • Ta connaissance de l’entreprise elle-mĂŞme ou bien de son secteur d’activitĂ© (ses concurrents, les produits / services qu’elle fournit, les marges vis-Ă -vis de la concurrence, etc.)
  • Tes convictions personnelles par rapport Ă  son potentiel de croissance ?
  • Le marchĂ© sur lequel opère la sociĂ©tĂ© et la taille de ce marchĂ© (masse vs niche) ?
  • La demande sur le marchĂ© existe-t-elle ? Comment Ă©valuez sa traction ?
  • Son pricing power (prix faibles vendus en masse vs prix chers Ă  forte marge Ă  une clientèle premium ?)
  • La complĂ©mentaritĂ© de l’équipe dirigente (des profils tech + commercial + finance vs solo entrepreneur) ?
  • Comment est constituĂ© l’actionnariat avant levĂ©e et après levĂ©e ? Comment seront diluĂ©s les actionnaires historiques ?
  • A quel prix on rentre et sur quelle valorisation de la boĂ®te ?

Tu fais cette évaluation à partir de la note d’investissement que la société te fournit. C’est un ensemble de documents que la société fournit aux potentiels actionnaires pour leur donner une vision globale de la société. Ces documents comprennent généralement :

  • Une prĂ©sentation PDF / PPT de la sociĂ©tĂ©
    • son marchĂ©
    • ses clients
    • ses concurrents
    • ses perspectives de croissance
    • ses fondateurs
    • etc.
  • La note d’opĂ©ration qui dĂ©crit les modalitĂ©s de la levĂ©e de fonds
    • l’actionnariat avant et après levĂ©e
    • la valorisation avant / après levĂ©e
    • les prĂ©visions de sortie (rachat de parts, IPO, etc.)
    • les vĂ©hicules d’investissement
    • la dĂ©fiscalisation possible ou non
    • la rĂ©partition des fonds levĂ©s (% pour le recrutement, % pour le marketing, % pour la R&D, etc.)
    • etc.
  • Ses derniers bilans comptables
    • DĂ©tails complets des actifs et passifs de la sociĂ©tĂ©
    • RĂ©sultats net comptable
  • Les statuts de la sociĂ©tĂ©s
  • Le(s) Ă©ventuel(s) pactes d’actionnaires qui lient les diffĂ©rents actionnaires actuels
  • Le CV des fondateurs / Ă©quipes dirigeantes

Ses documents doivent te permettre de faire tes propres recherches (« due diligence ») ensuite et poser toutes tes questions que tu peux avoir pour l’équipe dirigeante afin d’obtenir le maximum d’informations en ta possession avant d’investir ou pas.

Un placement en startup est un placement extrêmement risqué et illiquide ! Une fois investi, tu ne peux pas récupérer ton argent comme bon te semble. Les clauses qui te permettent de sortir sont réduites et sont généralement définies très précisément dans le pacte d’actionnaires qui lient les actionnaires entre eux. Généralement les sorties peuvent se faire des manières suivantes :

  • Tu arrives Ă  demander et convaincre un fondateur ou un autre actionnaire de la sociĂ©tĂ© de te racheter tes parts au prix que vous nĂ©gociez ensemble. Ce n’est clairement pas garanti que l’un d’eux veuillent te racheter tes parts et encore moins au prix auquel tu souhaiterais revendre. De plus, le pacte d’actionnaires empĂŞche gĂ©nĂ©ralement un actionnaire investi de revendre ses parts Ă  un actionnaire extĂ©rieur qui n’est pas encore investi dans la sociĂ©tĂ©.
  • En cas de nouvelle levĂ©e de fonds (exemple : une levĂ©e de sĂ©rie A après une levĂ©e de seed, une levĂ©e de sĂ©rie B après une levĂ©e de sĂ©rie A, etc.), quand la sociĂ©tĂ© devient plus mature, ce sont des plus gros investisseurs qui rentrent qui vont poser plusieurs centaines de milliers, voire plusieurs millions sur la table. A ce moment lĂ , les petits investisseurs peuvent dĂ©cider d’apporter leurs parts et leur revendre pour rĂ©cupĂ©rer leur argent. GĂ©nĂ©ralement les levĂ©es de fonds successives se font sur des valorisations plus importantes donc avec plus-values.
  • En cas de rachat d’un certain pourcentage de la sociĂ©tĂ© par un plus gros. GĂ©nĂ©ralement, le pacte d’actionnaires va obliger tous les actionnaires Ă  vendre leurs parts si une offre de rachat pour au moins XX% du capital (souvent > 85%) est validĂ©e par une assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale.
  • En cas d’introduction en bourse de la sociĂ©tĂ©, c’est aussi le moment de sortir et rĂ©cupĂ©rer ses billes.

En dehors de ces quelques conditions, c’est rare d’avoir d’autres options de sortie. Les sites comme Caption.market commencent à fournir une sorte de marché secondaire pour le private equity mais ce n’est pas répandu du tout.

Comme je le disais, c’est un placement très illiquide dont le risque de perte en capital est total. Pour te donner une idée, les 3 startups dans lesquelles j’ai investi, aucune sortie n’a encore été réalisée. La première dans laquelle je suis entré fin 2015 en phase de « seed » a réalisé des levées de fonds de série A ensuite. Je suis resté actionnaire. Nous prévoyons un exit d’ici deux à trois ans si tout se passe bien mais c’est encore très hypothétique.

A quoi penses-tu ici ?

Le financement en private equity / capital risk c’est comme lorsque tu achètes des actions en bourse. Ca peut prendre de la valeur comme ça peut en perdre et tomber à 0 si la société fait faillite. La seule différence avec la bourse, c’est que le placement n’est pas liquide du tout.

Pas nécessairement !

Tu peux soit investir en direct, c’est-à-dire que tu souscris en tant que personne physique à un certain nombre d’actions du capital de la société. Cela peut être la société directement ou bien une société intermédiaire (aka « holding ») qui va être créée pour l’opération de levée de fonds et qui sera l’actionnaire réel de la société cible financée. En d’autre termes, la société holding intermédiaire regroupe tous les fonds des actionnaires qui prennent part à la levée. Les investisseurs deviennent actionnaires au prorata de leurs fonds apportés de la société holding, qui elle même deviendra actionnaire de la société cible financée. Cela permet à la société cible (la startup) d’avoir qu’un seul actionnaire direct (la holding) plutôt qu’une centaine de petits investisseurs. Ca simplifie les communications et les prochaines levées de fonds pour ne pas effrayer de nouveaux gros actionnaires qui ne souhaitent pas discuter avec tous les petits lors des AG annuelles.

Soit tu investis via ton PEA ou PEA / PME. Les actions d’entreprises françaises peuvent être logées dans le PEA ou PEA / PME (mais pas dans le CTO à ma connaissance). Attention, cette opération est généralement coûteuse chez les banques et courtiers car c’est une opération manuelle. Par exemple, chez Bourse Direct, ils facturent 300€ de frais pour faire inscrire des titres dans le PEA puis 300€ le jour où les titres seront vendus et devront donc être désinscrits du PEA. Si tu investis des petits montants, ça ne vaut pas le coup de faire loger les titres dans le PEA parce que la part de frais va plomber ta potentielle rentabilité.

Oui tu pourras déduire en année N+1 les 25% du capital investis de ton IR. Si tu investis 1000€ dans une startup, l’année N+1 tu déclareras au fisc ces 1000€ investis et tu auras un crédit d’impôt de 250€ sur ton IR. Au final c’est comme si tu avais investis 750€ dans la PME.

Attention, pour que l’avantage fiscal soit garanti, il faudra garder les titres pendant au moins 5 ans. Si par hasard tu as la chance de pouvoir revendre avant 5 ans de détention, alors l’Etat te réclamera le remboursement de l’avantage fiscal consenti.

Aussi, quand tu investis en direct avec réduction d’IR de 25%, tu deviens éligible à la flat tax de 30% sur ta plus-value (à moins d’opter pour le barème de l’IR si ta TMI est < 30%). Imagions par exemple que tu investis 1000€ et qu’à la revente tu sortes avec 10 000€. Tu auras gagné 9 000€ de plus-value pour les 1 000€ de capital placé au départ. Ces 9 000€ seront taxés à 30%. Tu devras donc donner 2 700€ au fisc sur ta plus-value.

Attention tout de même à bien vérifier si la réduction d’IR est applicable pour la startup financée. Certains secteurs d’activité comme les sociétés de courtage en assurances ne sont pas éligibles à la réduction d’IR à 25%

Si tu fais inscrire les titres dans le PEA, la plus-value ne sera pas taxée tant qu’elle restera logée dans le PEA. Tu bénéfices des avantages de l’enveloppe fiscale du PEA. Par contre, si tu investis via le PEA, tu n’auras pas le droit à la réduction d’IR de 25%.

Dans mon cas personnel, la dernière startup dans laquelle j’ai investi à l’été 2019, j’ai fait inscrire les titres dans le PEA pour profiter d’une plus-value entièrement défiscalisée le jour de la revente afin de pouvoir réinvestir les gains en bourse ou sur d’autres titres non côtés.

N’hésite pas si tu as d’autres questions :wink:

13 « J'aime »