Bitcoin -- un peu d'Histoire

Bonjour Ă  tous,

La Crypto est dans la bouche de beaucoup sur ce forum, et certains considèrent même que c’est une « monnaie » et qu’on « doit en avoir dans son patrimoine ». Un peu d’histoire sur la création de cette technique de création d’une donnée « sure » et « sans contrefaçon » possible, est expliqué dans cette vidéo :

Le mystère Satoshi : enquête sur l’inventeur du bitcoin | ARTE - YouTube

Je n’avais pas réalisé que la sortie de cette technique de cryptage coïncidait exactement avec la crise de 2008, et proposait alors une alternative aux finances traditionnelles en déroute. Et donc, que de faire accepter cette technique comme une monnaie avait le maximum de chance de succès d’écoute de la part de pionniers.

Aussi, le premier achat de pizza pour 10.000 BitCoin est révélateur du changement d’une performance technique, en une croyance de valeur d’échange. Ainsi, si j’arrive à convaincre une personne de me donner une pizza contre quelque chose que je vient de créer, alors je vais réussir à le faire auprès d’autres personnes. C’est ce qui s’est passé.

2011 est le réel départ du système.

Cela fait 12 ans déjà (nous sommes en 2023 lors de l’écriture de ce post).
Aussi, je réalise que toute personne qui a moins de 35ans à ce jour est « née » avec le BitCoin lors de son entrée dans la vie active [estimée à 23 ans]. Du coup, je comprend mieux le fait que ces gens-là lui donne une valeur d’échange, puisque c’est ce qu’ils ont « appris » depuis toujours !
Ce n’est pas le cas des plus anciens, qui savent que ça n’a de valeur que parce qu’un groupe de personne lui accorde de la valeur, mais n’a pas de valeur en soi, n’est pas régulé, et donc vaut virtuellement 0. Les jeunes ne peuvent pas comprendre/accepter ça, d’où l’engouement pour toutes les crypto, la première, et toutes les variantes dérivés qui sont apparus ensuite.

Actuellement, il y a tellement de gens qui « croient » que ça a une réelle valeur d’échange, que c’est devenu un fait établi entre ces individus que ça a une valeur, indépendamment du fait que la valeur est hors de tout contrôle (pas d’autorité gouvernementale pour réguler quoi que ce soit).

Au passage, notez que des parts d’actions sont aussi une monnaie d’échange, non créée par un gouvernement. Et la valeur qu’on donne à une action dépend de ce qu’on accepte comme valeur d’échange. Sauf qu’ici, l’entreprise sous-jacente a une réelle activité, et finalement, on est capable d’évaluer sa valeur suivant son chiffre d’affaire, son bénéfice, etc…
Mais c’est également basé sur la confiance, sauf qu’il y a derrière une réelle activité.

La différence avec les monnaies gouvernementales ?
Combien de personnes utilisent le dollar aujourd’hui parce que leur monnaie vaut plus rien ?
Le dollar est indexé sur quoi ? Y’a tjs l’équivalent en Or derrière chaque dollar dans des coffres ?
Je vous invite à regarder les vidéos d’Anice Lajnef, vous verrez que les monnaies sont aussi virtuels que le bitcoin.
Faut repasser au troc si vous voulez sortir la confiance des Ă©changes entre les gens.

Après au delà de cette interrogation sur la confiance et les valeurs monetaires, faut rappeler que presque personne utilise le bitcoin comme monnaie. Si y’a une personne sur ce forum qui a fait une transaction en bitcoin c’est le bout du monde.

1 « J'aime »

Le fait que blackrock et autre groupe s intéressent au btc lui donne une crédibilité et de la valeur. Ils ne vont dépenser des mds de dollars pour des etf bitcoin alors qu’ il s agit d’un ponzi pour certain ou sur du vent pour d autre

C’est chiant d’entendre des opinions énoncées comme des certitudes.
Ca fait aussi très boomer comme discours (je suis dans la tranche d’age des boomers)

Les plus anciens devraient se souvenir qu’à l’époque d’Internet, les boomers de l’époque disaient que ça ne valait rien mais que les jeunes de l’époque ne pouvait pas le comprendre car ils étaient nés avec ça.
La preuve c’est que Apple, Amazon, Google ca vaut pas grand chose

Le réseau Bitcoin permet de transférer des unité de compte sans tiers de confiance, de manière quasi instantanée, 24/7/365 pour des frais très faible.
Ca doit bien avoir un peu de valeur

Bonsoir, et merci pour ces quelques réactions.

Les monnaies sont gérées par les gouvernements. Quand le pouvoir local mène une politique monétaire jugée par les marchés comme inappropriée, la monnaie se dévalue, et personne ne veut plus en acheter par rapport à une autre monnaie, jugée plus sûre, et le taux de change évolue en conséquence. Vous pouvez par exemple regarder l’évolution de la livre turque par rapport au dollar.
Le dollar n’a plus depuis 1971 sa convertibilité en or, ce qui aurait pu déstabiliser le système, et vous avez tout à fait raison: c’est basé entièrement sur la confiance dans la monnaie, et donc dans les décisions prises par le gouvernement américain et la FED. Ceci étant, il ne s’agit pas ici de « confiance des échanges entre les gens », mais de confiance envers les émetteurs et régulateurs. De toutes façons, pour tous les échanges, on vous demande des dollars: les tentatives d’utilisation de monnaies alternatives, que ce soit l’Euro, ou peut-être bientôt un panier de monnaie émis par les BRICS, pour des échanges mondiaux n’a pour l’instant pas été couronné de succès.

Quand on parle de monnaie, il s’agit de confiance en des institutions. Quand on parle de BitCoin, on parle effectivement de confiance entre les gens, car vous n’avez aucune régulation, ni personne pour garantir quoi que ce soit.

Ponzi, certainement pas. Du vent, si. En effet, ces organismes ne font que proposer des équivalences entre actifs. ça peut être des actions, dont le sous-jacent est des entreprises, mais pourquoi pas des Crypto, à partir du moment où il y a un marché et des contreparties ? Leur but est commercial, peu importe la valeur qu’on donne aux choses: ils ne feront que constater la valeur qui est donné à X, Y, ou Z, et non la pertinence de la valeur. Et au passage, encaisser des frais pour cet échange. Maintenant, il faut qu’ils trouvent un moyen de se couvrir, et s’ils ont envisagé la commercialisation de ces produits, c’est qu’ils ont découvert ou créé un moyen automatique de valoriser ces actifs virtuels.

Apple a eu des hauts et des bas… Entre l’Apple-II, le Mac, puis ensuite l’arrivée sur le marché du mobile, en passant par la montre connectée, cette société a beaucoup changé. Au moment où le premier Micro-ordinateur Apple est sorti du garage, c’est IBM qui était le roi de l’informatique. Et souvenez-vous des batailles Pro-Apple Pro-PC pendant très longtemps: 2 mondes, 2 modes de fonctionnement : Un monde fermé (Apple, ce qui est toujours le cas, avec un éco-système spécifique), contre un monde ouvert (le monde du PC, avec des modules interchangeables). Apple a magnifiquement géré le marketing pour faire de leurs produits des objets de luxe, et ça a marché !
Amazon avait quelques concurrents dans le commerce en ligne à ses débuts.
Idem pour Google, souvenez-vous de la multiplicités des moteurs de recherches, et de certains agrégateurs.
Si vous avez vécu la folie des années 2000, vous savez tout cela. Et la multitudes aussi des courtiers qui ont émergés en France ! … Et aussi la quantité des fournisseurs de bas débit qui ont existé !
Bref, le monde a changé, et certaines sociétés sont sorti du lot, dont celles que vous citez. Ce sont des sociétés. Elles proposent un service. Il y a du concret derrière.
Pour le BitCoin, il n’y a rien. Ce qui a de la valeur, c’est le procédé technique, qui d’ailleurs est utilisé à toutes les sauces, et avec un marché qui se cherche. L’utilisation de la technique a de la valeur pour sécuriser, ou garantir que ceci vous appartient, ou pas. Je pense par exemple à RealT, qui propose des tokens valant une portion d’immobilier. Là, je comprend le modèle, car derrière le jeton, vous avez un produit réel. C’est disruptif par rapport à un achat direct, qui nécessiterait de passer devant un notaire, etc… Et aussi, ça permet de fractionner. C’est extrêmement malin comme utilisation de la technique.
Attendons donc de voir les autres usages qui en seront fait pour des choses concrètes. Aussi, si la TECHNIQUE a de la valeur, et c’est incontestable, sa transformation en « MONNAIE » telle que présenté par certains n’en a pas, car cela repose sur de la confiance entre individus, sans tiers de confiance.

Le coût de transfert des unités de compte d’un utilisateur « A » vers un utilisateur « B » se fait en « payant » avec une partie de cette unité de compte à un mineur [utilisateur « C »], n’est-ce pas ? On reste en circuit fermé. Ce qui a été génial comme idée de faire accepter ça comme une « monnaie », c’est surtout l’attrait que ça a permis d’offrir à tous les meilleurs informaticiens pour essayer de hacker le système. En effet, si le fait d’essayer de hacker la chaine ne rapportait rien (ou juste l’unité de compte locale), sans aucun moyen de valoriser en vrai argent, alors nul doute que cette technique n’aurait pas eu l’essor actuel. Cela a permis de prouver « gratuitement » que le système conçu à l’origine par les inventeurs de cette technique de cryptage de données était fiable, et permettait de transmettre une information secrète d’un point « A » à un point « B » <<à la vue de tous>> sans risque d’être intercepté/corrompu !
Le procédé originel en tant que tel a une grande valeur technique, car il a prouvé sa robustesse. Tous les dérives qui ont émergés ensuite n’auraient pas pu avoir lieu sans une récompense dans le monde réel, et en ce sens, le fait que certains attribuent au procédé une valeur d’échange monétaire a permis le développement de procédés dérivés (Eth et autre), et un développement de cette industrie d’échange d’information sécurisé entre individus, sans avoir besoin d’une autorité de certification.

bonjour
Votre post est Ă©trange.

Son titre pourrait faire croire que vous désirez parler de manière neutre de l’histoire du bitcoin mais en fait , sans le faire directement, on sent que vous voulez dire que le bitcoin ne vaut rien et ne sert à rien.

quel Ă©tait votre but initial ?

4 « J'aime »

Le titre donne surtout l’impression d’une analyse de faits alors que c’est une série de poncifs venus de 2015, qui confond protocole et blockchain, virtuel et numérique, réél et tangible, valeur et prix, bien commun et institutions.

Pfiou.

4 « J'aime »