Choix judicieux concernant la domiciliation des ETF : US ou Europe?

Bonjour, j’aurais souhaité avoir vos avis et conseils avisés concernant le choix de la domiciliation d’ETF.

Je vais partir du postulat où je ne suis pas résident fiscal en Europe et ai accès au marché US. Je rajouterai dans un pays ayant un traité bilatéral avec les États-Unis concernant l’imposition.

Pour l’exemple, prenons 2 ETF à chaque fois, répliquant le S&P 500 et le Nasdaq 100.

  • OPTION 1 : ETF capitalisants en EUROS :

Bourse de Paris : Amundi S&P 500 2 (SP5C) 0.07% frais et Amundi Nasdaq 2 (UST) 0.22% frais.
Ce sont des fonds ayant l’euro comme monnaie de référence, ETF synthétiques basés sur du swap et ne sont à priori pas amputés de 30 % d’impôts (15% pour les pays ayant un accord bilatéral comme l’Irlande) sur les dividendes (withholding tax) imposés par les USA pour ses non-résidents. Malgré leurs frais et après avoir lu une analyse sur le sujet, ces deux ETF semblent sur-performer leur indice de référence, et le total net return semble plus avantageux par-rapport à leurs équivalents sur le marché européen. Leur liquidité est bonne de manière générale. En revanche, Amundi/Lyxor a déjà modifié très récemment ses frais et les critères de sélection des entreprises intégrant certains de leurs ETF (ESG). Quid du futur dans l’optique d’investissement passif à moyen/long terme ?

  • OPTION 2 : ETF capitalisants en US DOLLARS :

Bourse de Londres : Invesco S&P 500 (SPXS) 0.05% frais et Invesco Nasdaq (EQQS) 0.20% frais. Ce sont des fonds ayant l’US dollar comme monnaie de référence, ETF synthétiques basés sur du swap et ne sont à priori pas amputés de 15% d’impôts sur les dividendes non plus. Les frais sont moindres que ceux affichés par Amundi, mais ne sont pas moins chers au final sur le total net return (tracking error ? Frais de swap ? Je n’ai pas réussi à trouver l’info si les deux Invesco ETF rémunéraient les investisseurs tout ou partie des sécurities lending). Leur liquidité est très bonne pour l’un, moyenne pour l’autre. D’autre part, je m’interroge s’il est judicieux d’investir en USD sur le marché européen. Le ticker SPXS en USD pour Londres et la Suisse par exemple, est le même que celui en EURO à Amsterdam ou la bourse italienne. Différents compartiments du fond ? Quid de la liquidité si les compartiments sont séparés et que les échanges se font en très grandes majorité en euros ?

Que ce soit dans l’option 1 ou 2, la question du taux de change et des frais de conversion n’en est pas une puisque n’investissant ni en euro, ni en USD comme monnaie de base. Une conversion est de toute manière nécessaire.

  • OPTION 3 : ETF distribuants en US DOLLARS :

Bourse de New York : Vanguard S&P 500 (VOO) 0.03% frais ou même le SPDR S&P 500 (SPLG) 0.02% frais, et Invesco Nasdaq (QQQM) 0.15% frais. Là, on est dans ce qu’il se fait de mieux, avec des frais défiants toute concurrence, une très forte liquidité et des spreads des plus réduits. Le marché phare pour de très nombreuses années encore. A première vue, il n’y a pas photo.

Le problème ? Ces fonds sont légalement contraints de verser des dividendes aux actionnaires aux USA. Donc pas de possibilité de trouver des ETF capitalisants, déclenchant automatiquement un évènement fiscal. Comme dit en introduction, les américains prélèvent 15% d’impôts (et non 30% par-rapport au traité bilatéral entre les deux pays). Je récupère ces 15% en crédit d’impôts (donc opération blanche à ce niveau là), mais paye quand même 15% sur le reste. Donc une perte sèche de 15% annuel sur les dividendes.

De plus, avec un rythme de distribution trimestriel, cela veut dire recapitaliser les dividendes 4 fois par an, avec des frais de courtier (très peu élevés certes) qui n’existent pas dans les cas d’ETF capitalisants.

Je n’ai malheureusement pas trouvé d’outils me permettant de faire les calculs des différentes options, ou même de les backtester pour voir la différence réelle en bout de course.

Je vous prie de m’excuser pour la longueur de ce texte et vous remercie d’avoir lu jusque là, mais je devais détailler les raisons du dilemme. Donc j’en appelle à votre expertise et vos avis avisés. En partant sur une stratégie passive, pour 50 ou 100 000 euros, quelle option vous semble la plus judicieuse ? Est-ce une évidence d’investir sur le marché US s’il est accessible ou la prise en compte d’autres paramètres atténue cet engouement ?

Je vous remercie.