Élection européenne : quel impact sur les marchés financiers?

Bonjour à tous, il y a t’il un fil de discussion sur l’actualité française et mondiale ici ?
J’aimerai comprendre la réaction des marchés ce matin (nette baisse). Est ce due à la dissolution de l’assemblée nationale ? A l’arrivée en tête du RN ? Si oui, en quoi le RN est il une menace pour les marchés financiers ? Je me doute que c’est moins bien que Macron mais le parti RN est quand même un parti de droite. Qu’elle aurait été la réaction si un parti de gauche aurait gagné …

PS: je précise ici que je ne donne pas mon avis politique chacun est libre la dessus j’essaye juste de comprendre mieux cette thématique.

Cordialement,

Hugo

Hello,

Pas à ma connaissance.
Et oui c’est dû à la dissolution de l’Assemblée et à la crainte de l’arrivée de Marine le Pen en tant que Première ministre.

Ex: Vinci redoute qu’elle mette fin à la privatisation des autoroutes

Hello,

Tu parles du CAC40 ? On est sur -1,7%, on ne parle pas d’une nette baisse. Pour moi ça reste anecdotique.

Par contre effectivement, ça ressemble à une réaction face aux événements. Pas sûr qu’il y ait une explication très complexe à aller chercher, j’imagine que la réaction est surtout dûe à l’incertitude face à l’avenir à cause de la dissolution de l’assemblée.

L’impact est minime pour le moment.
C’était une élection européenne, il est donc pertinent de regarder le stoxx 600.
Pour le CAC40 les mouvements de marchés seront plus prononcés dans un sens ou l’autre le lendemain du second tour des législatives. Et à l’annonce du nouveau gouvernement possiblement.
Ça n’a aucun intérêt si on est sur du long terme.

C’est en revanche intéressant pour se tester sois même, tester sa réaction en fonction d’une annonce. J’achète, je vend, et toi… C’est clairement un bon test de psychologie de l’investisseur. Céder à la panique ou à l’euphorie.
Revoir son portefeuille en fonction de sa propre réaction.

1 « J'aime »

ou profiter pour se renforcer … :stuck_out_tongue_winking_eye:

1 « J'aime »

Bonjour Hugo

Les marchés n’aimant pas l’incertitude, ils ont sanctionné l’instabilité politique.

Comme indiqué par Cyprien, la baisse de Eiffage / Vinci en est le parfait exemple et réside dans le fait que le RN soutient la thèse d’une renationalisation des autoroutes.

On notera surement aussi une hausse des taux d’intérêts obligataires Français à court terme car le prêteur fait face à une nouvelle donnée négative qui n’existait pas jusqu’à hier soir.

On peut s’attendre également à une chute de l’Euro selon la perception qu’ont les marchés des résultats des élections Européennes.

Comme Michel, je pense que les vraies turbulences sur le CAC pourraient avoir lieu au soir du second tour des législatives selon les résultats.

J’ai trouver ça si ça peut aider à y voir plus clair :

• Le rendement de la dette française à 10 ans a grimpé de 6 points de base à l’ouverture des marchés et dépasse 3,15 %.
• De son côté, le CAC 40, l’indice boursier de référence qui regroupe les 40 plus grande entreprises françaises, est actuellement en baisse de près de 2% ce matin. L’indice sous-performe nettement les autres places européennes puisque la Bourse de Londres perd 0,7% et celle de Francfort, 0,8%.
• Qu’est-ce qu’il se passe ? Concrètement, l’issu de cette nouvelle élection est plus qu’incertaine, et fait faire monter la tension chez les investisseurs qui détiennent des bons du trésor français, soit des titres de dette du gouvernement. Pour rappel, s’il y a une chose que les investisseurs redoutent, c’est l’instabilité politique…
• Résultat : Ils sont actuellement en train de se débarrasser de leurs Bons du Trésor français, ce qui fait donc chuter la demande et donc augmenter le coût d’emprunt de la France.
• Côté Bourse, la chute du rendement des obligations françaises à directement impacté les banques qui en détiennent en grande quantité : -5% pour l’action de la Société Générale, -4,5% pour BNP Paribas, -3,7% pour Crédit Agricole.
• Parmi les valeurs les plus touchées, on retrouve Eiffage (-6,35%) et Vinci (-5%), deux entreprises qui dépendent de contrats signés avec l’État.
• Rappel : Les États fonctionnent grâce à la dette contractée via les ventes de titres d’obligations. Pour que les investisseurs achètent ces obligations, l’Etat verse des intérêts et rembourse la somme prêtée au terme du placement.

2 « J'aime »

Par contre World, SP, Nasdaq restent positif :upside_down_face:

4 « J'aime »

Il y a plusieurs éléments factuels qui permettent d’expliquer pourquoi en toute logique, l’arrivée d’un PM du Rassemblement Nationnal serait « sanctionné » par le CAC40, ou plus exactement, en quoi cela pourrait très probablement être néfaste pour l’économie française.

Voici quelques uns des arguments les plus évidents :

Protectionnisme

  • Le RN prône souvent des mesures protectionnistes, telles que l’augmentation des droits de douane et la réduction des importations. Ces politiques peuvent déclencher des représailles commerciales de la part des partenaires économiques, entraînant une réduction des exportations françaises et une détérioration de la balance commerciale.

Interventionisme

  • Le RN prône également des mesures de privatisations sur des acteurs infrastructures du pays (typiquement VINCI pour les autoroute ou ADP). Ces actifs sont donc en première ligne en cas d’accès au pouvoir du RN (c’est d’ailleurs intéressant de voir qu’aujourd’hui ces deux titres sont parmi les plus fortes baisses du CAC (-7% / -5%).

Politique Monétaire

  • Indépendance de la zone Euro : Le RN a parfois exprimé des réserves quant à l’indépendance de la Banque Centrale Européenne (BCE) et à la politique monétaire de la zone euro. Toute tentative de remettre en question cette indépendance pourrait provoquer des tensions avec les autres membres de l’UE, entraînant une hausse des taux d’intérêt et une diminution de la confiance des investisseurs.
  • Déficit Budgétaire et Dette Publique : Les propositions économiques du RN, telles que l’augmentation des dépenses publiques et la réduction des impôts, pourraient conduire à une augmentation du déficit budgétaire et de la dette publique. Une telle situation entrainerait certainement une dégradation de la note de la France par les agence de notation (augmentation des taux auxquels la France emprunterait).

Maintenant, tout cela, c’est la théorie. En regardant ce qui se passe en Italie, on voit qu’entre le discours d’un parti d’extrême droite et ses réelles actions une fois au pouvoir, il peut y avoir un décalage. Même si une histoire ne fait pas l’autre.

Pour résumer : il n’est pas étonnant que l’accès au pouvoir potentiel d’un parti d’extrême droite fasse baisser les actions du pays concerné : ces politiques ne sont pas du tout propices à un climat économique sain et fluide, pour les raisons listées ci-dessus.

3 « J'aime »

On est lundi. :wink:
image

1 « J'aime »

Même rhétorique quand Trump est arrivé au pouvoir, on connait en revanche tous la suite de l’histoire.
Le risque pèse beaucoup plus sur un coup de maitre du Front Populaire et de l’extrême gauche qui là tuerait l’économie du pays. IMO.

Après, se baser sur les US, (première puissance mondiale, première armée mondiale, dollar, etc) comme étalon pour prédire les conséquences d’un tel changement en France, ça me parait assez optimiste.

Krach du CAC40 (équivalent) à l’époque de l’élection de Mitterrand (un communiste au pouvoir) : https://youtu.be/YAlvk84bZLE?si=FBzZGdloIJjrrFVm

1 « J'aime »