Comment protéger son épargne de l’État

On sait que les programmes ne sont pas tenables, mais qui va trinquer au final ?

Quant aux gardes fous comme l’UE, désolé mais quand tu vois les conséquences du marché européen de l’énergie, électricité en tête, j’ai de gros doutes.

D’ailleurs tu parlais du Portugal, on voit les résultats des décisions courageuses de ce pays ainsi que de l’Espagne d’être sortis de ce fameux marché commun de l’énergie.

Je ne dis pas le contraire, j’essaye sincèrement de réfléchir avec les autres contributeurs sur les stratégies potentielles qui limiteraient la casse et qui protégeraient le mieux en cas de crise institutionnelle, je ne suis pas en train de dire que ça va se passer sans heurts, bien au contraire.

3 « J'aime »

Discussion importante et très intéressante ! J’apprécie que la discussion reste dans la gestion de risque étatique et ne rentre pas dans la politique :slight_smile:

Je pense que l’assurance-vie luxembourgeoise est une très bonne solution à quiconque pourrait s’expatrier au moment du cash out. Par contre, si on reste résident fiscal français, ça ne devrait pas changer grand-chose.

Je pense que la suppression de la flat tax est le premier risque à anticiper. Si c’est réellement prévu, il faudra sans doute liquider ses positions avant ladite suppression pour remettre les plus-values à zéro puis replacer ses fonds autre part.

Je pense qu’on fait bien d’anticiper en discutant sereinement, mais il ne faut pas non plus se précipiter par peur de fausses promesses de campagnes.

3 « J'aime »

Exactement, pas de panique mais cette situation permet de voir que tout peut éventuellement basculer rapidement au gré du bordel politique du moment.
On avait déjà une forte instabilité fiscale en France, à laquelle s’ajoutent des incertitudes causées par la polarisation croissante de la vie politique, dans un contexte d’abrutissement de la population (retour des religions / croyances / complotismes en tous genre, réseaux sociaux chinois, idiocracie) perméable à tous les populismes.

AV Lux pourquoi pas, mais sans cash out tant que l’on est fiscalement en France, peut-être grâce au crédit Lombard du coup?

6 « J'aime »

C’est ça :+1: il est urgent d’attendre mais il faut quand même être au courant des options au cas où.

Il y a des élections et donc tous les parasites politiques s’agitent, racontent tout et n’importe quoi pour ratisser des voix, ils veulent surtout sauver leurs rentes et pas se retrouver au chômage (qu’ils ont réformé d’ailleurs) ou devoir trouver un vrai travail

3 « J'aime »

Oui on constate que beaucoup sont prêts à toutes les compromissions pour sauver leur siège / privilèges, et que personne n’agit dans l’intérêt du pays, c’est assez affligeant :man_shrugging:t2:

7 « J'aime »

Update stratégie « anti État français »:

  • Sortie progressive des avoirs vers des comptes non domiciliés en France (pas d’Iban français) par exemple Degiro (Allemagne), Interactive Brokers (pour CTO pro) + je regarde l’AV Lux sérieusement (mais difficile de comparer les offres).
  • Diminution de l’allocation en fonds euro et remplacement par du monétaire sur plusieurs devises en attendant de voir ce qui se passe.
  • Globalement préférer la détention de titres, que ce soit actions / fonds / ETF / fonds monetaire et tout ce qui serait plus difficile à « voler » (or physique stocké hors FR par exemple)

Mais dans tous les cas dès l’instant où l’on reste résident fiscal FR, et que l’on déclare ses comptes pour rester dans la légalité, on reste vulnérable aux velléités de spoliation / taxation abusive du capital et des revenus.
Tant que l’offre politique se résume à 3 nuances de socialo-étatisme, la seule vraie solution est l’expatriation.

2 « J'aime »

Religion = abrutissement ?
Je crois que ce genre de propos offensant n’a pas non plus sa place sur le forum

5 « J'aime »

Ça me fait doucement rire quand on entend dire que tel ou tel parti risque de faire s’effondrer l’économie. Soyons sérieux, l’état dans lequel l’économie française se trouve plongée grâce à ce gouvernement est désastreux depuis des années… Faillites battant des records, endettement faramineux, confiance dégradée des investisseurs en la capacité du pays à honorer ses dettes, folie de la BCE faisant tourner la planche à billets à fond, et donc inflation record (ou plutôt perte de valeur de la monnaie), fort appauvrissement des foyers… Ça fait des années que ça craint, pas juste depuis quelques semaines…

7 « J'aime »

Depuis l’arrivée du socialisme au pouvoir en 1981, oui le déclassement de la France n’est pas récent, mais pas de raison pour s’enfoncer encore plus, quand le FMI nous mettra sous tutelle il ne faudra pas pleurer. La BCE vient déjà d’émettre un avertissement récemment. Il va falloir réduire la dette abyssale, et vite, au lieu de creuser encore plus les déficits.
Aucun parti politique audible ne propose de relancer la croissance / la production, de réformer en profondeur le « modèle social », de supprimer le millefeuille administratif, etc.

4 « J'aime »

1981 + l’euro en 2002 qui est un super bouclier pour la France qui est tenue à bout de bras par l’Allemagne depuis des décennies .
Mais l’Allemagne va siffler la fin de la partie bientôt .
Le remboursement de la dette francaise c’est une légende : elle ne sera jamais remboursée.
Ce qui signifie que l’épargne des citoyens (TMI 30%, 41%, 45% je fais simple ) est vouée à être inexorablement siphonnée , lentement mais surement
Vous avez aimé la flat tax à 30% ?
Vous allez adorer la flat tax à 50%…

4 « J'aime »

Rassurez moi, tant qu’on touche a rien, aucune taxe ne s’applique non ?

Potentiellement, si retour de l’ISF le patrimoine mobilier est concerné…
Cela reviendrait à taxer la plus value latente. À voir en pratique si une telle loi est votée.

1 « J'aime »

Je trouve Fiorentino bien optimiste, probablement car il bosse pour une société d’investissement FR et cherche à attirer de nouveaux clients.

3 « J'aime »

Si je concède qu’un tel sujet peut aisément virer à la polémique, vous l’alimentez vous même en soumettant un autre sujet tout aussi polémique et dont je n’arrive pas à trouver de lien avec le sujet d’origine.

Recourir à la panique morale en faisant un procès en propagande me parait déplacé lorsque l’on sait que le sujet a été publiquement évoqué ces derniers temps.

La crainte est donc légitime, puisque l’expérience montre que tout commence en politique par introduire un sujet que l’on dément ensuite pour préparer les esprits.

L’existence de la loi Sapin 2 n’est pas non plus faîtes pour rassurer les épargnants:

"Pour l’heure, les hôtes du Palais Bourbon semblent principalement axer leur attention sur les fonds en euros classiques. Ces derniers s’étant particulièrement fait remarquer par la chute de leur rendement sous la barre des 2% en 2016. Raison pour laquelle la loi Sapin 2 souhaite étendre les pouvoirs des Autorités en leur permettant de geler les retraits sur les fonds en euros afin d’anticiper un éventuel risque systémique dans l’hypothèse d’une brusque remontée des taux d’une part.

La loi Sapin 2 leur donne d’autre part pouvoir pour imposer ou réguler le rendement servi par les fonds en euros des compagnies d’assurance-vie. Rappelons qu’ils sont composés d’une majorité d’obligations d’Etat à 10 ans rapportant actuellement … -0,40 % (au moment de la rédaction de cet article), et d’obligations d’entreprises (majoritairement de banques européennes, ce qui n’est pas rassurant)."

Loi Sapin 2 : les conseils pour éviter le blocage de votre épargne

1 « J'aime »

Après on en est pas encore là, mais le risque n’est pas inexistant en particulier sur le fonds euro qui contient traditionnellement beaucoup de dette française.
Si la dette FR se trouve attaquée par les marchés en raison du contexte politique, cela impacterait forcément l’AV en tant qu’enveloppe, car en cas de « bank run » sur le fonds euro, c’est la solvabilité des assureurs qui serait menacée.
Mais le plus probable à mon sens et à court terme est un risque fiscal, avec de possibles changements sur la fiscalité de l’AV, du PEA, une remise en cause de la flat tax, etc car l’État va devoir faire les fonds de tiroir si aucune politique ne s’attaque au fond du problème (le fameux « modèle social » français).

2 « J'aime »

Effectivement nous n’y sommes pas encore mais je ne peux m’empêcher d’avoir l’impression que l’on nous y prépare.
Rendez-vous en septembre pour le vote du budget de l’état.

En 1981 la France était encore solide et prospère, il y avait alors un héritage à dilapider.
S’en est suivi quelques années heureuses, mais une fois l’héritage dilapidé il ne reste rien d’autre qu’une dette que l’on rembourse depuis avec de la dette.
Cette dette n’est rien d’autre qu’un impôt non prélevé et titrisé, principalement détenue par des intérêts étrangers.
Seulement il faudra bien un jour la rembourser, au moins réduire le principal, car les fonds de pension qui la détiennent auront eux-mêmes un jour ou l’autre besoin de décaisser des fonds.

Je pense qu’il faut distinguer 2 choses bien différentes pour la « protection » vis à vis de l’Etat:

  • la protection par rapport à une augmentation des impôts / prélèvements: là pas grand chose à faire. Optimiser les enveloppes et/ou partir sur des investissements non taxé ou difficilement taxable (les bien « exotiques » type montres & co). Investir à l’étranger ne sert à rien du fait des accords entre les pays, l’état saura combien vous y gagnez et pourra vous taxer les montants dù sur vos comptes/salaires en France. Même partir en Suisse ne marche plus depuis 2018, la Suisse transmettant depuis les coordonnées des contribuables français qui y ont un compte.

  • la protection vis à vis de blocage / limitation de flux: Montant d’achat/retrait limité, gel des enveloppes, etc… Ca semble extrême, mais ça s’est vu encore très récemment (Grèce, Liban…), la problématique et que là, cela ne dépends pas forcément de l’état. La Grèce c’est l’UE qui a imposé, le gouvernement n’a pas eu de choix. Là, la solution c’est les comptes à l’étranger (avec IBAN étranger). Ces comptes là ne seront pas soumis aux limitations et l’Etat n’aura pas la main pour imposer quoique ce soit dessus (et il n’y a aucune chance que les gouvernements suisse ou américains acceptent de collaborer, ça serait envoyer au monde qu’ils se couchent devant la France). Soyons honnête cependant, même si la situation en France se dégrade (notation des agences équivalente au Portugal), on est encore très très loin d’une situation à la Grèce/Liban. Notez que l’on ne serez pas à l’abris un effet miroir, là encore l’histoire récente le montre: combien de comptes de russes ont été bloqué gelé dans les pays étrangers ??? Il suffirait que le pays où il y a vos comptes se brouille avec la France ou l’UE et paf, punition. En se « protégeant » d’un risque, on s’expose à un autre. La protection « ultime » semble être de la crypto sur un ledger, là on est totalement indépendant des états… mais avec la volatilité des cryptos, peut-on vraiment considéré cela comme une protection ?

Pour le cas des comptes étrangers, plus d’un ici se sont déjà couvert inconsciemment, ou tout du moins, sans que cela était le but premier de l’opération. Je pense notamment à tous ceux qui ont ouvert des comptes chez des brokers comme Trade Republic ou bien les comptes crypto avec des iban étranger.

L’ouverture de compte étranger peut également être vu comme une opportunité de diversification plutôt que de protection si c’est en devise différentes de l’euros (un compte en $, £, CHF, Yen…). Cela peut permettre d’accéder à des produits non dispo en France (les fameuses actions fractionnées de TR, même si cela devrait bientôt être possible en France). Le principal en cas d’ouverture de compte étranger c’est que l’argent qui y soit travail (et de façon correct). Pas qu’il y dorme 15 ans en se faisant bouffer par l’inflation dans une pseudo hypothèse de crash ou je ne sais quoi.

Je suis resté dans une optique qu’on reste dans le légal hein. On n’est pas ici pour parler fraude fiscal et blanchiment :stuck_out_tongue:

3 « J'aime »